coulisses
LE CHANTEUR IDÉAL

 

Imaginons un chanteur idéal. Il a une belle voix, il sait chanter (technique et musicalité), et c'est un bon comédien.

Savoir chanter veut dire qu'il est capable d'avoir en permanence le calme intérieur qui lui permet de soutenir une phrase legato avec un souffle d'une parfaite régularité, de faire des notes aiguës larges et sonores sans aucune crispation dans la gorge, de "tenir la distance" pour un premier plan.

Être un bon comédien signifie qu'il est capable avec son corps ainsi qu'avec les intonations de sa voix de faire ressentir au spectateur les émotions ressenties par le personnage qu'il incarne. C'est un peu simplifié, mais j'ai besoin de cette simplification pour la suite du discours.

Est-il possible de chanter correctement et de ressentir en même temps les émotions du personnage? Comment avoir un souffle régulier quand le personnage est essoufflé, la gorge ouverte pour la note aiguë quand le personnage l'a serrée par la colère? Problème...

On aurait le choix soit de ne pas jouer et de chanter bien, soit de jouer "à fond" et d'écorcher les difficultés vocales et musicales au passage. Ceux qui sont allés souvent à l'opéra diront qu'ils ont vu les deux types d'artistes. Plus souvent peut-être le premier...

Que fera notre chanteur idéal avec ce problème? Je pense, personnellement, qu'il appliquera la méthode que Brecht en son temps avait appelée la distanciation (die Verfremdung). C'est à dire, toujours en simplifiant, qu'il va trouver une distance entre ce que ressent le personnage et ce que ressent l'artiste au même moment. Le comédien ne devrait ressentir idéalement aucune des émotions que le rôle lui impose, mais faire au contraire, de la manière la plus froide possible, uniquement les gestes de l'émotion.

C'est pendant les répétitions que "le sang coule", et quelques fois au premier degré. C'est là, en les ressentant, que le chanteur comprendra vraiment les émotions du personnage. C'est pour cela que pendant les répétitions les chanteurs "marquent". Parce que chanter avec la gorge serrée ou soutenir un legato avec les sanglots qui vous secouent le ventre, c'est inhumain. Les répétitions sont là d'abord pour apprivoiser ces émotions, mais surtout pour découvrir dans son corps les "gestes" de cette émotion. Plus tard, quand la fameuse distance sera trouvée, il ne fera plus que les gestes, le plus précisément possible, le plus honnêtement aussi, pour arriver, sinon au naturel, du moins à l'authentique.

Les chanteurs sont obligés, s'ils veulent chanter correctement, de suivre ce chemin, de ne jamais se laisser submerger par l'émotion. Ce n'est pas facile...

Ce qui ne veut pas dire qu'ils n'ont rien dans la tête ni dans le coeur au moment où ils incarnent un personnage. Pendant que l'artiste privé tire les ficelles de la marionnette qu'est le personnage, le fait qu'il soit libéré des émotions que la marionnette "ressent", lui permet de réfléchir en toute sérénité aux difficultés vocales et musicales ou de réagir correctement aux incicents de parcours. Il a aussi des pensées qui lui permettent de trouver la présence, mais c'est un autre débat.